vitamine b12 bébé

Partager sur :

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Vitamine B12 : rôle et besoins

Faisons le point sur la vitamine B12, indispensable pour bébé : son rôle, où la trouver, et comment prévenir les carences.

Vous le savez, un apport suffisant en vitamines est indispensable pour la bonne croissance de votre bébé, et ce dès sa naissance. Si on parle beaucoup des vitamines les plus connues (A, C et D entre autres), il en est une, un peu moins courante, qui ne doit toutefois pas être négligée : la vitamine B12. Également appelée cobalamine, elle est essentielle au bon développement du cerveau, du système nerveux et de l’organisme en général, d’où l’importance pour un tout petit de la consommer en quantité suffisante. Zoom sur cette alliée, qui aide bébé à bien grandir !

Quel est le rôle de la vitamine B12?

La vitamine B12 est essentielle au corps humain, à tout âge. Elle intervient à différents niveaux :

  •  Elle garantit le bon fonctionnement du système nerveux, en maintenant notamment l’intégrité de la myéline, cette gaine qui protège les nerfs et les aide à bien fonctionner.
  •  Elle soutient la multiplication des cellules de l’organisme (notamment des cellules sanguines), un point important pour un petit corps en pleine croissance !
  • Elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire
  • Enfin, comme toutes les vitamines du groupe B, elle contribue à fournir de l’énergie au corps humain !

On la trouve principalement dans les aliments d’origine animale : viande, poissons, abats, œufs, produits laitiers, fruits de mer. Les fruits, céréales et légumes en sont dépourvus, d’où le risque de carence chez les végétariens. Les végétaliens, qui excluent toute consommation de produits d’origine animale, n’ont aucun apport en vitamine B12, d’où la nécessité de prévoir une supplémentation via des compléments alimentaires.

La vitamine B12 est stockée principalement dans le foie, et les signes de carence ne sont pas toujours évidents à repérer, car ils peuvent se manifester plusieurs mois (voire plusieurs années chez l’adulte) après un manque d’apport. Les études montrent ainsi que les premiers signes de carence chez un nourrisson ne se manifestent qu’à partir de 3 à 6 mois[1].

Une consommation insuffisante de vitamine B peut entraîner une anémie, des troubles neurologiques et des retards de croissance chez un bébé. Comment alors, s’assurer que votre enfant en consomme en quantité suffisante ?

[1] Voir Lettre Nutrition de l’enfant de juin 2017 pour une analyse complète

Apports en vitamine B12 chez un bébé

Les apports nutritionnels conseillés sont de 0,4 µg/jour en dessous de 6 mois, de 0,5 µg/jour de 6 mois à 1 an, puis de 1,5 µg/jour de 1 à 3 ans.

Tant que le lait constitue la seule alimentation de bébé, il n’y a en général pas de carence possible en vitamine B12.

  •  En effet, si bébé est allaité : le lait maternel contient la vitamine B12 absorbée par la maman – sous réserve que celle-ci ne soit pas végétalienne, auquel cas une supplémentation devra être envisagée le temps de l’allaitement (via un accompagnement médical) .
  •  Si bébé prend le biberon : la vitamine B12 fait partie des vitamines qui sont ajoutées aux formules des laits infantiles, conformément aux critères réglementaires (Règlement délégué (UE) 2016/127 du 25/09/2015) qui imposent une présence de vitamine B12 entre 0,1 µg à 0,5 µg/100 kcal. Votre bébé en consomme donc dans les bonnes proportions !

Les choses peuvent se corser quand bébé a commencé la diversification (à partir de 4/6 mois) et que la proportion de lait, maternel ou infantile, a diminué en conséquence. Rassurez-vous, il est assez facile de s’assurer que votre enfant ne manque pas de vitamine B12.

 

Vitamine B12 et diversification alimentaire

La solution pour lui garantir des apports suffisants en vitamine B12 ? Tout simplement lui proposer des petits plats variés, en mettant au menu du poisson, de la viande ou des œufs chaque midi (les quantités et textures devant être adaptées à l’âge de l’enfant). Le risque de carence est écarté dans le cadre d’une alimentation équilibrée, qui n’exclut pas les produits d’origine animale.

Une bonne option est de choisir des petits plats ou petits pots déjà prêts, qui contiennent tous les apports nutritionnels adaptés à l’âge de votre bébé. Vous êtes ainsi sûre qu’il ne manque de rien ! De la même façon, continuer de proposer un lait de croissance après 10/12 mois est une bonne façon de combler ses besoins en vitamine B12. A partir de 12 mois, privilégiez le lait de croissance au lait de vache, dont les apports en protéines, fer et zinc sont mieux adaptés au jeune enfant.

Si, pour des raisons éthiques ou personnelles, votre bébé ne consomme pas de produits d’origine animale (pas de lait, pas de viande, poisson ou œufs…), il est important de faire part de ce choix à votre pédiatre ou à votre médecin, car vous éliminez de fait toutes les sources possibles d’apport en vitamine B12. Ce type d’alimentation n’est possible que sur avis médical et nécessite un suivi régulier pour s’assurer de la bonne croissance de bébé. Dans ce cas, votre médecin vous prescrira des compléments alimentaires sous la forme la plus adaptée à l’âge de votre enfant.

************************

[1] Voir Lettre Nutrition de l’enfant de juin 2017 pour une analyse complète

Partager sur :

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

L’actualité du Syndicat

Du champ à l’assiette : les étapes...

Découvrez toutes les étapes de création d’un petit pot, depuis la récolte des fruits et...
Lire plus >

Quels sont les acides gras essentiels à...

Découvrez les bienfaits des acides gras essentiels pour bébé, et où trouver Omega 3 et...
Lire plus >

Petits pots bébé : les mentions obligatoires...

Apprenez à décrypter l’emballage d’un petit pot pour bébé : les mentions obligatoires, les normes,...
Lire plus >

Lait de croissance : quelle composition ?

Tout sur la composition des laits de croissance, leurs apports et leurs bénéfices pour les...
Lire plus >